Le festival musical de Brioude

Résultats pour Rétrospective

Cuarteto Lunares

Le Cuarteto Lunares est un ensemble de 4 jeunes musiciens issus de la nouvelle génération du Tango Il prend forme à Paris, dans une époque riche et un monde tanguero en pleine mutation.

Une formation atypique, un répertoire original et des arrangements personnels sont les fondements et la signature de ce groupe. Ainsi le quartet interprète un Tango Actuel reflétant les nouveaux courants qui traversent les musiques populaires d’argentine. La découverte de jeunes compositeurs emblématiques de la nouvellevague du tango Argentin les orientent vers un répertoire multiple, original et méconnu en Europe. On y retrouve les racines du genre avec de nettes références au tango traditionnel ou encore à Piazzolla mais aussi de nouvelles influences : candombe, jazz …

Lunares, c’est aussi le parti pris d’une formation unique ( violon, bandonéon, violoncelle, contrebasse ) qui pousse la violoniste Aurélie Gallois à transcrire et arranger l’ensemble du répertoire lui donnant ainsi une sonorité propre. Entre Musique de Chambre et Musique Populaire, Paris et Buenos Aires, Lunares se forge une identité et une esthétique unique pleine de caractère et d’authenticité!

Supportés et encouragés par de grands musiciens tels que Juanjo Mosalini et Victor Villena, le Cuarteto Lunares s’inscrit dans la continuité de l’explosion créative qui a lieu actuellement dans le monde du Tango.

Cuarteto Lunares

Cuarteto Lunares

Quintette à vent Cassiopée

Réunis par l’amitié et la passion de la musique de chambre, ces cinq Jeunes musiciens, issus du CNSMD de Paris où ils se sont rencontrés, décident de constituer le quintette à vent Cassiopée en 2005.

Lauréat du concours international de quintette à vent Henri Tomasi à Marseille avec un 3e prix, du concours international de musique de chambre Léopold Bellan a Paris avec un 1er prix, et de la 5e édition du CIMCL avec le prix du public et celui de la SPEDIDAM pour la meilleure interprétation de l’œuvre « Trois instants fugitifs » de Thierry Escaich, Cassiopée cherche avant tout à séduire le plus large public possible.

Des animations pédagogiques aux concerts, en passant par les Master Classes, Cassiopée souhaite partager son amour de la musique auprès des mélomanes amateurs et avertis, et ce grâce à un répertoire varié et à une interprétation aussi sensible et bouleversante que juste et rigoureuse.

L’identité musicale de Cassiopée ne se résume pas à une époque ou à une esthétique figée. Animé d’une curiosité insatiable, ce quintette parcourt les cultures et les styles pour y puiser une inspiration musicale insolite et surprenante. En interprétant le répertoire original du quintette à vent aussi bien que les transcriptions, Cassiopée peut diversifier au mieux ses programmes et ainsi les adapter à tous les types de prestations, en France comme à l’étranger.

Complices à la vie comme sur scène, partageant la même exigence et la même envie de jouer et d’émouvoir, ces musiciens dégagent une énergie débordante et communicative.

Quintette à vent Cassiopée

Quintette à vent Cassiopée

Gilles Alonzo

Né en 1979, Gilles Alonzo a fait ses classes de piano au CRR de Marseille puis au CNSMD de Lyon (classe de Roger Muraro) où il obtient un premier prix en 2003.

Depuis toujours passionné par la composition, il écrit ses premières pièces à l’âge de 11 ans.

Son inspiration, naturellement influencée par son instrument de prédilection, le piano, se tourne rapidement vers l’écriture orchestrale.

Et c’est en intégrant la classe de Musique à l’Image du CNSMD de Lyon dirigée par Patrick Millet que s’affirme sa personnalité musicale et son désir de travailler pour l’image.

Parallèlement à sa carrière de pianiste, Gilles Alonzo signe une partition originale sur le célèbre film muet de Robert Wiene Le Cabinet du Dr Caligari, les courts métrages L’emigrant, Le Policeman et Charlot fait une cure de Charles Chaplin avant de faire ses premières armes dans l’audiovisuel.

Il compose alors les musiques d’une dizaine de documentaires, puis celle du court métrage Les Miettes réalisé par Pierre Pinaud (César du Meilleur Court-métrage 2009 et Prix de la Critique au Festival de Cannes en 2009), partition pour laquelle il reçoit le Prix de la Meilleure Musique Originale au Festival de Court Métrage de Clermont Ferrand (2008) et le Grand Prix du Festival d’Aubagne (2008).

Plus récemment, Gilles Alonzo a signé les musiques de films remarqués, collaborant entre autre avec Nguyen Trong Bhin pour Bertrand Tavernier, cinéaste de toutes les batailles (2010), Christel Chabert sur Paul Ricard, Portraits (2010) Clara Vuillermoz sur Le sexe de mon Identité (2012) et Lorenzo Recio sur Shadow (2013).

Représenté par Marie Sabbah Agency, il est également professeur de la Classe de Musique à l’Image du CNSMD de Lyon depuis mars 2012.

Gilles Alonzo

Gilles Alonzo

Quatuor Adélys

Issues des quatre coins de la France, c’est en région parisienne que se rencontrent en 2005 quatre jeunes musiciennes passionnées. Guidé, dès le début, par les précieux conseils des Quatuors Parisii et Ludwig, le Quatuor Adélys enrichit son unité humaine et musicale.

En 2006, il se produit pour la première fois en concert en l’église Notre-Dame du Lys, à Paris. C’est cette même année que ses membres sont admis dans de prestigieux établissements, notamment les CNSMS de Paris et de Lyon, ainsi qu’à l’Institut d’Études Supérieures des Arts de Paris.

Depuis 2009, le Quatuor à cordes se produit sur de nombreuses scènes de France, ainsi que dans des festivals tels que Les Escales Brivadoises, le Printemps des Poètes, Art culture et spiritualité, les Concerts Vinteuil, les Jeudis de Nîmes, le Festival musical de l’Epau, Brittany mélodies … Il participe en septembre 2009 à la Grande soirée des solistes de l’Opéra de Paris au Théâtre du Châtelet.

Sa rencontre directe avec le public à l’issue de ses concerts le renforce dans son désir de faire voyager la musique dans des lieux reculés, inhabituels – voire atypiques, et de pouvoir ainsi apporter à tous le partage et l’échange qu’offre la musique de chambre. Depuis début 2011, le Quatuor Adélys se perfectionne auprès des quatuors à cordes Debussy et Ysäye.

En août 2011, le Quatuor Adélys a été le quatuor permanent du festival Musique et patrimoine à St-Nicolas- de-Véroce (Savoie) sous la direction musicale et artistique de la pianiste internationale Anne Queffelec.

Durant deux années consécutives, en 2011 et 2012, il a rejoint le Quatuor Debussy sur scène à l’occasion des Festivals Cordes en Ballade et les Inouïes.

Passionné par la transversalité des arts, le Quatuor Adélys commence parallèlement un travail musical pluriartistique : lors des Escales Brivadoises en 2011, il allie les arts de la musique et de la parfumerie, et a conforté cette volonté, en créant l’année suivante un spectacle autour de la danse.

L’ensemble à cordes est en résidence au Théâtre Douze à Paris depuis 2012; il y propose une programmation unique et variée où les arts se mêlent à la musique lors de chaque concert.

Le Quatuor Adélys a enregistré son premier disque chez Polymnie consacré à trois quatuors à cordes d’Enguerrand-Friedrich Lühl.

En décembre 2012, il s’est produit au Théâtre de la Madeleine à Troyes aux côtés du violoniste Vadim Tchijik.

En 2013, le quatuor crée un nouveau spectacle avec François Castang : « Dans l’intimité de Mozart ». Il met en scène et en musique la même année trois contes autour du thème « Voyages de lettres en notes ».

Dans un esprit d’échanges artistiques bouillonnant, il réalise une soirée autour de l’univers pictural, en accompagnant la projection de tableaux de grands maîtres par des œuvres musicales choisies et tirées du répertoire de leurs contemporains. Cette création amène le quatuor à se produire dans les cinémas ou au musée des Beaux Arts de Troyes.

En 2014, le Quatuor Adélys a donné un concert événement en hommage aux victimes des guerres autour de projections photographiques, autant de données historiques qu’il a su exploiter.

Il travaille actuellement avec la cantatrice Catherine Hunold et réalisera au début de l’été une Schubertiade.

Sa rencontre, en juillet prochain, avec le célèbre compositeur Bruno Coulais inscrira encore le quatuor dans sa démarche pluriartistique, en abordant ainsi le septième art.

Les membres du Quatuor Adélys jouent sur des instruments modernes de Patrick Charton, Roger & Max Millant et Franck Ravatin.

Quatuor Adelys

Quatuor Adelys

Le festival 2013

Retrouvez ici les évènements du festival 2013 et dans la rubrique « Archive des artistes » ceux qui firent escale en brivadois.

Programmation 2014

.

.

  • Mardi 29 juillet : Cinéma le Paris
    Ciné-Concert « Hommage à Chaplin » // Gilles Allonzo, piano

.

.

  • Samedi 02 août : Caves du Château de Lamothe
    Ciné-Concert « le tango argentin » // Cuarteto Lunares

.
Programmation précise et renseignements

Tel : 06.86.72.15.81 / 04.71.76.81.77

Stéphanie Fontanarosa

Née dans une famille d’artistes, Stéphanie Fontanarosa commence la musique à l’âge de trois ans et reçoit une formation très complète en étudiant à la fois le piano, l’harmonie, l’accompagnement, la musique d’ensemble et le chant.

Elle donne des concerts de piano dans de nombreuses villes françaises, à Lausanne et à Genève pour le cercle Richard Wagner et est l’invitée des festivals de Saint-Denis, Cziffra à Calvi, Transclassiques ainsi que de la Nuit des musiciens à Paris.

En 1998, elle part en tournée en Malaisie puis enregistre l’intégrale des sonates pour flûte et piano de Mozart et accompagne Luciano Pavarotti lors des concerts des 3 Ténors, à Paris, Tokyo, Pretoria et Détroit.

Responsable pendant six ans de la programmation des concerts de l’Académie du Festival de Verbier en Suisse, Stéphanie Fontanarosa se consacre assidûment à l’accompagnement et travaille désormais au sein des CNSM de Paris et de Lyon.

La musique est pour elle synonyme de diversité, aussi l’associe-t-elle au théâtre dans L’Auberge de Prague, une pièce donnée au Théâtre d’Arras, et joue dans L’Ecole des femmes à la Comédie Française durant la saison 1999-2000.

Le plus grand plaisir de Stéphanie Fontanarosa, son unique but, est de faire de la musique avec tous ceux qui, comme elle, pensent que cet art est porteur de joie et que la musique est faite pour tous.Stéphanie Fontanarosa

Quatuor Adélys

Constitué depuis 2006, le Quatuor Adélys se produit en France et à l’étranger dans des répertoires tant classiques qu’éclectiques. Lauréates des CNSM de Paris et de Lyon, ses membres se perfectionnent alors auprès des Quatuors Parisii, Ludwig, Debussy, Ysaye et enrichissent ainsi leur unité humaine et musicale.

Passionné par la transversalité des arts, le Quatuor Adélys est porteur de nombreux projets; Ainsi, depuis 2011, il est à l’origine de plusieurs spectacles alliant musique de chambre et disciplines insolites (parfumerie, danse, architecture, contes, projets au sein de musées, arts graphiques…)

En 2012, il créé son premier spectacle « Dans l’intimité de Mozart » avec François Castang où les quatre musiciennes surprennent par leurs talents atypiques; suivra en 2013 « Voyages de lettres en notes », véritables contes initiatiques destinés à offrir  une première approche musicale aux enfants.

Sa rencontre directe avec le public à l’issue des concerts renforce son désir de faire voyager la musique dans des lieux reculés, voire inhabituels, et de pouvoir ainsi apporter à tous le partage et l’échange qu’offre la musique de chambre.

Le Quatuor Adélys est l’invité de nombreux festivals tels que Les Escales Brivadoises, le Printemps des Poètes, Art culture et spiritualité, les Concerts Vinteuil, les Jeudis de Nîmes, le Festival Musical de l’Epau, Villes en musique, Cordes en ballade, les Inouïes, le Festival de Pordic… Il participe en septembre 2009 à la Grande soirée des solistes de l’Opéra de Paris au Théâtre du Châtelet.

En août 2011, il a été le quatuor permanent du festival « Musique et patrimoine » à St Nicolas de Véroce (Savoie) sous la direction musicale et artistique de la pianiste Anne Queffelec.

Durant deux années consécutives, les Quatuor Adélys et Debussy se sont rejoints sur scène lors des festivals Cordes en ballade et les Inouïes où ils ont notamment interprété l’octuor de Chostakovitch.

Le Quatuor Adélys renouvelle sa résidence au Théâtre Douze à Paris pour la saison 2013-2014 où il proposera une programmation unique et variée : Un hommage à la résistance, une rencontre exceptionnelle avec la chanteuse lyrique Catherine Hunold et une schubertiade intimiste.

Contact: 06 16 68 40 80, www.quatuoradelys.com

Quatuor Adelys

Capella Menestralis

Les Alta Capella [Stadpfeifer (all.), Piffari (it.)] étaient des ensembles d’instruments à vents présents en Europe dès le XIVe siècle jusqu’au XVIe siècle.

Principalement destinés au jeu en plein air, privilège des grandes cours princières, les « Alta Capella » tenaient un rôle de « blason sonore » et marquaient de leur présence un grand nombre de circonstances publiques officielles, rituelles, liées au pouvoir.

A partir du XIVe siècle, on voit fréquemment dans l’iconographie des ensembles de hauts instruments, accompagner les danses et les fêtes.

Le terme Alta Capella date du XVe siècle. Ce mot est une abréviation d’alta musique (fr.) ou loud music opposé à basse musique, soft music. Les hauts instruments étaient les chalemies, sacqueboutes, trompettes, percussions, tandis que les bas instruments étaient flûtes à bec, violes ou vièles, harpes, pslaterion et autres.

Ces ensembles d’instruments à vent comportent en général deux ou trois hautbois de tailles diverses (Chalemie), et une trompette courbe, à coulisse ou plus tardivement un sacqueboute.

Ensemble à géométrie variable constitué de nombreux instruments à redécouvrir, la Capella Menestralis est un nouvel ensemble constitué de jeunes musiciens professionnels issus du Département de Musique Ancienne de la Haute Ecole de Musique de Genève.

Se perfectionnant et se trouvant réuni pour défendre une même cause commune, à savoir, la recherche, l’interprétation et la re-création de ces magnifiques pages de l’Histoire de la Musique qui nous ont été léguées à travers de nombreuses sources, images, partitions, patrimoine culturel immatériel.

Liselotte EMERY, cornet à bouquin et flûte
Ariane BRÜCKNER, chalemie et flûte
Marie VAN CUSTEM, dulciane et flûte
Adrien BRANGER, sacqueboute

Capella Menestralis

Emmanuel Barrois, maître-verrier

L’Atelier Emmanuel Barrois crée, pense, fabrique des éléments verriers hors norme pour l’architecture intérieure et monumentale, le design, les arts plastiques, l’espace public…
Revendiquant un rôle d’interface entre ces différents pôles, l’AEB érige la transversalité au rang de méthode et met sur un même pied d’égalité création, étude, conceptualisation, production, recherche et innovation.

AEB a mené de nombreuses collaborations avec, entre autres, les architectes Jean Nouvel, Kengo Kuma, Paul Andreu, Julian Bonder, Kiyoshi Sey Takeyama, Patrick Berger, les artistes Krzysztof Wodiczko, Tatiana Trouvé, Henrio Coueco, Christophe Cuzin, Pierre Buraglio, ainsi que de nombreux bureaux d’études et industriels.

Pour en savoir plus, lire l’article de Mélina Gazsi pour Le Monde « Rencontre avec Emmanuel Barrois, verrier« 

 

Page 3 sur 512345

Merci à nos soutiens